Par la bande

juin 7, 2016

Zéro chômage ?

Classé dans : Uncategorized — parlabande @ 7:37

Parce qu’«on n’a pas tout tenté contre le chômage», le député PS Laurent Grandguillaume défendra, ce mercredi, devant l’Assemblée nationale, une proposition de loi d’expérimentation territoriale «visant à faire disparaître le chômage de longue durée». Cette dernière prévoit d’embaucher en CDI des chômeurs durablement éloignés du monde du travail en créant des emplois nouveaux et «utiles» au niveau local, via la réaffectation des dépenses liées au chômage. Patrick Valentin, ancien cadre du patronat des industries métallurgiques, aujourd’hui à la tête d’un fonds d’investissement dans l’économie sociale et solidaire et bénévole de l’association ATD Quart monde, revient sur cette initiative iconoclaste, qu’il a participé à mettre en œuvre. La proposition de loi portée par le député Grandguillaume, et défendue depuis longtemps par ATD Quart monde, est présentée comme la solution au chômage de longue durée. Mais son principe reste complexe à saisir… Nous sommes partis d’une analyse simple : des gens veulent travailler, mais ne trouvent pas de postes correspondant à leurs compétences, certains emplois n’existent pas alors qu’ils pourraient être utiles, et la privatisation d’emplois coûte cher à notre société. Partant de ce constat, nous voulons proposer des emplois nouveaux à tous les demandeurs d’emploi de plus d’un an. Ces emplois devront correspondre à des travaux réputés utiles, mais non existants jusqu’à présent, parce qu’ils ne sont pas rentables et que les acteurs économiques du marché ne peuvent pas les financer. Ils pourront être créés dans des entreprises déjà installées sur les territoires ou dans de nouvelles que nous développerons. Mais ces dernières partageront toutes un point commun : leur but principal sera de créer des emplois et de servir l’intérêt général. Elles ne seront donc pas à but lucratif. Pour l’heure, l’idée est de tester le dispositif sur quelques territoires ? Nous sommes en effet dans une première étape expérimentale, qui doit permettre de valider le mécanisme. Cette phase mobilise six territoires qui correspondent à des bassins de vie de 5 000 à 10 000 habitants environ. A Jouques, près d’Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, ce sont 150 personnes qui seront mises en emploi sur un bassin de 5 000 habitants. A Colombey-les-Belles en Meurthe-et-Moselle, nous visons 300 emplois, car le bassin est plus grand et plus pauvre. Pour chaque territoire, un comité local sera mis en place pour piloter le projet et contrôler que les nouveaux emplois créés sont bien des emplois supplémentaires. C’est un challenge considérable. Car ils ne doivent surtout pas faire concurrence aux emplois existants, sinon, il y aura un gaspillage de l’argent public. Selon nos calculs, chaque emploi proposé à un chômeur de longue durée reviendra à 15 500 euros par an en fourchette basse, et jusqu’à 20 000 euros. A terme, nous proposons que ces emplois soient financés en réaffectant plusieurs lignes de crédits publics existantes. Nous avons fait des calculs macroéconomiques et identifié trois types de coûts de la privation d’emploi qui pourront être réalloués pour financer ces emplois : le versement des allocations de solidarité, le manque à gagner pour l’Etat lié au non-versement des cotisations sociales en cas d’inactivité et, enfin, les coûts liés à la pauvreté et supportés par la collectivité, comme les dépenses de santé. Mais pour l’heure il est trop tôt et il y a trop de freins pour mettre en place ces transferts de charges. Nous devons d’abord montrer l’efficacité du projet. Dans un premier temps, le budget viendra donc essentiellement de l’Etat, sur une durée de trois à cinq ans. Nous l’avons chiffré à 10 millions d’euros pour la première année, pour dix territoires. Des projets proches existent dans d’autres pays, comme dans les pays nordiques ou en Italie, avec les coopératives sociales, mais les modalités sont différentes, du fait de la diversité des modèles sociaux. En France, nous menons des travaux depuis longtemps sur le sujet et cette proposition de loi doit nous permettre d’aller jusqu’au bout.




generiert in 0.073 Seconds. | Powered by Blogvie.com



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 15 articles | blog Gratuit | Abus?